en-tete
Logo twitterLogo FacebookLogo RSS

CREPY-EN-VALOIS

http://www.cc-paysdevalois.fr/medias/images/communes/14_3_thumb.jpg http://www.cc-paysdevalois.fr/medias/images/communes/14_1_thumb.jpg

Nombre d'habitants : 14654

Maire de la commune : FORTIER Bruno

Coordonnées de la Mairie :

2, avenue du Général Leclerc
60800 CREPY-EN-VALOIS

Tel. : 03 44 59 44 44
Fax : 03 44 59 44 59

Permanence d'ouvertures au public : du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30 (vendredi jusqu'à 17h). Permanence le samedi de 9h à 12h.

Site Internet de la Commune : http://www.crepyenvalois.fr

http://www.cc-paysdevalois.fr/medias/images/communes/14_2_thumb.jpg

visuel bus CypréLes lignes 1 et 2 du Cypré assurent la desserte de la Ville, du lundi au samedi, sur un circuit de 9 kilomètres, de 6h à 20h. 18 arrêts sont desservis, avec un passage tous les quarts d'heure. Desservies par des véhicules alliant confort et accessibilité, les lignes de bus Cypré sont une réponse innovante et originale aux enjeux de mobilité durable. +d’infos sur  www.cypre.fr ou sur www.crepyenvalois.fr.



Ville capitale du Valois, Crépy-en-Valois, située entre la grande couronne parisienne et le plateau picard, offre à ses 15 000 habitants un cadre envié. Les origines de la ville de Crépy-en-Valois restent incertaines. C’est au Xe siècle que les premiers seigneurs de Crépy ont fortifié le site. Cette petite place forte n’a alors cessé de se développer : d’abord sous l’impulsion des Comtes d’Amiens Valois qui fondèrent l’abbaye Saint-Arnoul en 1008, puis avec les Comtes de Vermandois. Du XIe au XIIIe siècle, la position du bourg, au carrefour des foires de Flandres et de Champagne, a assuré sa richesse, anéantie par la Guerre de Cent Ans. Les multiples aléas des guerres de religions à la fin du XVIe siècle n’arrangent guère sa situation. Au XIXe siècle, le temps du renouveau, laville s’étend vers l’est avec de nouveaux quartiers, mais c’est surtout l’arrivée du chemin de fer qui facilite l’implantation d’industries prospères basées sur l’utilisation du bois. Aujourd’hui, les rues pittoresques de la vieille ville, bordées d’hôtels particuliers et de demeures construites entre le XIVe et le XVIIIe siècle (Maisons de la Rose, des Quatre Éléments, des Quatre Saisons, Saint-Joseph…) suscitent l’admiration de nombreux visiteurs.



Capitale de l’archerie



Du Xe au XIIIe, Crépy fut le siège d’une seigneurie dont les très puissants titulaires rivalisaient avec les plus grands de France. Des vastes constructions du château des ducs de Valois ne reste qu’un grand corps de logis du XIIIe siècle.Vendu comme bien national lors de la Révolution, il fut racheté par la municipalité et connut des utilisations diverses avant d’abriter le musée de l’archerie. Créé en 1949, ses collections se sont largement diversifiées. En 1973, le musée a connu un nouvel essor avec la création d’un musée d’art sacré. Ainsi, grâce à une expérience originale de sauvegarde et de protection du patrimoine religieux des églises des cantons de Crépy, Betz et Nanteuil, on peut y admirer un large panel de la statuaire en bois du XIIe au XIXe siècle. Outre les classiques services que l’on trouve dans les villes d’importance similaire, hôpital, maisons de retraite, centre d’aide par le travail, Crépy compte bon nombre de commerces, un office de tourisme (5 000 visiteurs/an) et de nombreuses associations, notamment sportives qui bénéficient de 11 salles de sport, 20 terrains et stades et, prochainement, du centre aquatique de la CCPV. Depuis 1957, Crépy est jumelé avec Antoing, (Belgique), Zell-Mosel (Allemagne) et avec Plonsk (Pologne) depuis 2002. Ces jumelages sont prétexte à de joyeuses festivités marquées par des échanges et des liens d’amitié. Par ailleurs, les animations tiennent une grande place dans la vie des Crépynois. Entre le Carnavalois qui débute les festivités en mars, les Remp’arts scéniques en mai ou la traditionnelle fête des cochons, on n’a pas vraiment le temps de s’ennuyer à Crépy.



Une ville tournée vers l’avenir



Fort d’un passé prestigieux, Crépy n’en reste pas moins soucieux du lendemain. Créée en 1990 et étendue en 1999, la zone d’activités rassemble une trentaine d’unités industrielles ou de services où dominent la mécanique, la sous-traitance automobile et la logistique industrielle et alimentaire. De nombreux investisseurs sont séduits par l’existence d’un embranchement fer et par l’accès direct à la N2 qui relie Soissons à Paris sur quatre voies facilitant ainsi le transport. Par ailleurs, la municipalité a lancé la révision de son plan local d’urbanisme (PLU), qui devra répondre à plusieurs objectifs : assurer l’adéquation de la croissance démographique à la capacité d’accueil, faciliter les déplacements autres qu’automobiles, augmenter le taux d’emploi local ou encore renforcer l’image de ville verte. Le diagnostic réalisé dans le cadre de l’élaboration du PLU a été exposé au printemps dans deux quartiers puis durant tout l’été dans le hall de l’hôtel de ville et circulera prochainement dans différents autres quartiers de la ville pour recueillir l’avis du plus grand nombre de Crépynois. Ainsi, fidèle à son statut de ville centre du Valois et à son histoire, Crépy-en-Valois poursuit son développement tout en évitant les excès de la modernité, en privilégiant la qualité de son cadre de vie et en conservant ses caractères de cité animée et dynamique.









Voir la commune précédente (CHEVREVILLE)

Revenir à la carte des communes

Voir la commune suivante (CUVERGNON)

Sortir en Valois