en-tete
Logo twitterLogo FacebookLogo RSS

Newsletter économique n°8 - Juin 2013

Chers entrepreneurs,

Voici le deuxième numéro de la newsletter économique de l’année 2013.
Dans vos entreprises cette période est souvent synonyme de congés mais elle est aussi le moment de préparer une nouvelle année d’activité et de faire un point sur vos effectifs.
Ce nouveau numéro vous présente deux moyens de recruter et de former des jeunes à votre métier : l’apprentissage et les emplois d’avenir.
Cette nouvelle lettre économique a également pour but de vous faire connaître d’autres entreprises ainsi que certains projets économiques du territoire du Valois.

Bonne lecture,

Anne-Sophie SICARD,

Vice-présidente de la CCPV en charge du développement économique

|
_

Les chiffres éco :

La création d’entrepriseS dans l’Oise

- Nombre de créations en mai 2013 : 429

- Nombre de créations de janvier à mai 2013 : 2 278

- Comparaison janvier à mai 2012/2013 : - 1,6%

- Evolution France métropolitaine sur la période : - 2,5%

|
_

HLR : une entreprise familiale forte de 25 années d’EXPÉRIENCE

HLR est une entreprise qui compte 2 sites en France. L’une des 2 usines est située dans le sud du Pays de Valois, à Lagny-le-Sec : c’est d’ailleurs le siège social. Cette PME (Petite et Moyenne Entreprise), qui emploie 25 salariés, produit des ingrédients naturels sucrés, comme de la nougatine ou de la praline, à destination des industriels de l’agro-alimentaire. Ces ingrédients sont produits traditionnellement à partir de noisettes, d’amandes, d’éclats de fruits secs torréfiés ou de fèves de cacao associés ou non à du caramel maison. Ils servent de fourrage ou de décors pour la pâtisserie, les desserts lactés, les biscuits, les glaces, etc.
Ils sont sans additif ni conservateur et bénéficient en outre du label Écocert (organisme international de contrôle et certification de l'agriculture et de l'alimentation biologique).  La sélection des fournisseurs est rigoureuse : en effet, les produits doivent être naturels et sains conformément à l’éthique de l’entreprise. Des contrôles qualité sont aussi effectués à chaque étape de la fabrication. La démarche d’amélioration continue de la qualité devrait même aboutir à une certification ISO 22 000 FSSC cette année. Et dans le cadre du respect de l’environnement, HLR a mis en place une filière spécifique de retraitement de ses déchets.
Un service « recherche et développement » travaille sur la création de nouveaux produits : HLR peut donc proposer des solutions aux besoins spécifiques des industriels de l’agro-alimentaire.


>>> Lire la suite

 
Eureau Sources ouvre son 4ème site de production à Marolles

Eureau Sources effectue le nettoyage, le stockage et le remplissage de bonbonnes d’eau de source pour l’alimentation des fontaines réfrigérantes. La société travaille en B to B (business to business), elle fournit donc les clients professionnels : commerces, administrations, collectivités, entreprises et professions libérales.
Créée en 1996, la société compte aujourd’hui 4 sites de production répartis dans les départements du Cantal, de la Loire, de l’Indre et Loire et maintenant de l’Oise.

La société Eureau Sources a fait l’acquisition du site de Marolles en 2009. Des travaux sont en cours depuis le début de l’année (réfection des bâtiments, construction d’une extension, isolation, réalisation de quais de chargements, installation d’une ligne de conditionnement).
Le démarrage de l’activité est prévu en octobre 2013. 6 à 8 salariés travailleront sur le site dès la première année de production (responsable de site, technicien de maintenance, contrôleur qualité, conditionneurs). Des recrutements sont donc prévus pour la rentrée.

 


>>> Lire la suite
   Recruter et former grâce aux emplois d’avenir

Le gouvernement français a institué la création des emplois d’avenir en octobre 2012.
Les emplois d’avenir ont pour but de favoriser l’intégration des jeunes dans le monde du travail.
Ce contrat unique d’insertion est conclu entre l’entreprise et le jeune âgé de 16 à 25 ans (30 ans pour un travailleur handicapé), sans diplôme ou de niveau CAP/ BEP. Les 2 acteurs s’engagent sur un CDI (contrat à durée indéterminée) ou un CDD (contrat à durée déterminée) d’un à trois ans, à temps complet ou partiel, d’au moins 24h hebdomadaires.

Ce dispositif a pour but de faciliter l’insertion des jeunes dans le monde du travail en leur offrant l’opportunité de se former à un métier porteur, au sein d’une entreprise prête à transmettre son savoir. 

Dans l’Oise les emplois d’avenir sont ouverts au secteur non marchand (institutions : collectivités, mairies…) et à 14 activités du secteur marchand (arrêtés du 7 juin 2013) :
-    Agriculture, pêche, espaces verts, soins aux animaux
-    Métiers d’art
-    Banque, assurance, immobilier
-    Commerce, vente et distribution
-    Communication, média et multimédia
-    Construction, bâtiment et travaux publics
-    Hôtellerie, restauration tourisme, loisirs et animation
-    Industrie
-    Installations et maintenance
-    Santé
-    Services à la personne et à la collectivité (mais particuliers employeurs non éligibles)
-    Spectacle
-    Métiers de support à l’entreprise
-    Transport et Logistique


>>> Lire la suite

 
J’accueille et je forme un apprenti

Plusieurs solutions s’offrent aux entreprises qui veulent former des jeunes. Le contrat d’apprentissage est un outil qui fait toujours ses preuves, retour sur ce dispositif.
Le contrat d’apprentissage permet une formation complète des jeunes. Il est conclu en alternance dans l’entreprise et dans le centre de formation d’apprentis (CFA).
Le contrat d’apprentissage est un contrat de travail d’une durée déterminée au moins égale au cycle de formation qui fait l’objet du contrat. Il est soumis à une période d’essai de deux mois.
Ce contrat peut être signé entre l’entreprise et :

  • Un jeune de 16 à 25 ans, demandeur d’emploi ou non
  • Un jeune ayant 15 ans révolus et sorti d’une classe de 3ème
  • Sous dérogation pour un jeune de plus de 25 ans
Après s’être assuré que le métier est conforme au diplôme préparé, l’entreprise doit assigner un maître d’apprentissage au sein de son effectif. Celui-ci doit avoir 3 ans d’ancienneté dans le métier de formation de l’apprenti ou 2 ans d’ancienneté et être titulaire d’un diplôme équivalent à celui préparé par l’apprenti. (NB : l’effectif des apprentis est réglementé, attention à ne pas dépasser le quota d’apprentis par maître d’apprentissage).
Une visite médicale sera obligatoire pour valider le contrat de travail.

La rémunération de l’apprenti dépend du secteur d’activité, du diplôme préparé et de son âge (circulaire DGEFP- DGT n°2007-04 du 24 janvier 2007 relative à la rémunération applicable aux apprentis).  Il est calculé sur la base d’un pourcentage du SMIC.

 


>>> Lire la suite
Le développement économique : une priorité pour le territoire du sud de l’Oise

La CCPV dispose d’un service développement économique interne. Ailleurs dans le sud de l’Oise, certaines collectivités n’en ont pas forcément. Sud Oise Développement Agence - ou SODA - gère, en tant qu’association, la partie développement économique pour le compte de certaines collectivités qui en ont la compétence (Communauté de l’Agglomération Creilloise, Communauté de Communes des Pays d’Oise et d’Halatte, Communauté de Communes Pierre Sud Oise, Syndicat Intercommunal du Parc d’Activités Multi-Sites de la Vallée de la Brêche).
Néanmoins, l’objectif de ces deux structures est le même : apporter gracieusement aux entreprises de leur territoire respectif le soutien dont elles ont besoin. Cette action, qu’on appelle endogène, comprend notamment l’aide aux entrepreneurs dans leur recherche de locaux ou de foncier. Refaire vivre les friches industrielles des différents territoires fait aussi partie des objectifs.
Le but du service développement économique de la CCPV et de SODA est également de promouvoir leur secteur respectif pour attirer les entreprises situées au-delà du sud de l’Oise : il s’agit là d’une mission exogène.
Pour la CCPV, le soutien à l’économie locale consiste aussi à aider les porteurs de projets : créateurs, repreneurs d’entreprise de même que les chefs d’entreprise qui ont un projet de développement.
Les services de SODA, quant à eux, facilitent l’accueil des entreprises innovantes, comme par exemple les industries dans le domaine de l’environnement ou bien de la chimie dite « verte ».
Au-delà des frontières administratives, ce sont donc différents types de structures qui œuvrent pour l’économie locale. Les chefs d’entreprise ont ainsi une vision globale de ce que peut leur offrir le sud de l’Oise : une solution peut être proposée en fonction d’un besoin particulier.

Pour plus d’informations : http://www.sodagence.com/

 


 
Crépy-en-Valois : l’offre commerciale va bientôt s’étoffer

Ça y est : c’est parti ! Le projet de nouvelle zone commerciale vient d’être approuvé par les services de la Préfecture de l’Oise en charge de l’étude du dossier : la Commission Départementale d’Aménagement Commercial. Cette zone sera en fait le prolongement de la zone commerciale actuelle située à la sortie de la ville, sur la RD 25.
Il est prévu à cet emplacement l’implantation d’enseignes de renom telle que « GIFI », magasin d’articles pour la maison à petits prix.
À cela s’ajouteront, un supermarché hard-discount de même que d’autres magasins non alimentaires.
L’aménageur a programmé la réalisation d’un parking conséquent de 200 places, incluant des stationnements pour les personnes à mobilité réduite. Les cyclistes ne seront pas en reste : 40 places pour les vélos sont prévues. Les Valoisiens pourront ainsi profiter d’une offre commerciale grandissante et plus diversifiée sur le territoire.
En prime, la création d’une quarantaine d’emplois sur la zone est prévue.

 


 
 
Sortir en Valois